PARTAGE D’EXPERIENCES : LE COMMANDANT DE POLICE BUSSON APPORTE SA CONTRIBUTION A L’ERUDITION DES ELEVES OFFICIERS

par S. WAONGO
Affichages : 339

L’utilisation de la téléphonie dans les enquêtes de Police Judiciaire (PJ) était au centre des échanges à l’Académie de Police (AP) le jeudi 11 mars 2021. Objectif, sensibiliser les futurs enquêteurs qu’ils sont sur l’apport de la téléphonie dans la diligence des enquêtes de PJ.

Nombreux sont les burkinabè qui possèdent au moins un téléphone mobile pour communiquer et/ou se connecter à Internet et ce, via les antenne-relais des réseaux de téléphonie. Ces réseaux détiennent ainsi des informations qui sont susceptibles d’intéresser les services de sécurité dans certaines enquêtes de PJ. D’où l’intérêt pour les enquêteurs de tenir compte des services de téléphonie. En guise d’exemple, plus de 50% des enquêtes sont résolues grâce l’implication de la téléphonie en France selon le Commandant BUSSON.

De tels résultats sont enthousiasmants et encourageants quant à l’impact de la téléphonie sur la diligence des enquêtes de Police au Pays des Hommes Intègres. Certes, elle sera d’un grand apport mais les élèves ont tout de même soulevé certaines contraintes. En effet, on serait sur la bonne voix au Burkina Faso selon eux, mais en plus du fait qu’une bonne partie du territoire n’est pas encore couverte par les réseaux de téléphonie, la collaboration entre ces opérateurs et les services de sécurité gagnerait à être améliorée. Aussi, mérite-t-elle d’être structurée pour un partenariat gagnant-gagnant : gage d’un traitement diligent des requêtes.

Rappelons que c’est à la faveur d’une visite à l’Académie, que le Commandant a bien voulu développer cette thématique pour ses futurs collègues officiers de Police. En effet, le Commandant BUSSON est Officier de la Police Nationale française qu’il a intégré en 1987. Expert Technique International, il est depuis 2020 Conseiller à la Direction Générale de Police Nationale du Burkina Faso et ce, dans le cadre de la Coopération Française. Il a profité de ces échanges pour présenter un modèle de logiciel de téléphonie (MERCURE) qui sert à l’exploitation des données de téléphonie.