UN SEMINAIRE DE FORMATION POUR OUTILLER LES ELEVES COMMISSAIRES EN LUTTE CONTRE LE TERRORISME

par Webmaster.
Affichages : 1313

Avant 2015, le terrorisme était perçu au Burkina Faso comme une menace mais elle est désormais une réalité vu la recrudescence des attaques. Il est donc impératif que les forces de défense et de sécurité (FDS) prennent le problème à bras le corps pour garantir la sécurité des populations. Et cela implique la mise en place d’une politique de sécurité qui devra tenir compte de la connaissance du phénomène, des modes opératoires de l’ennemi et du renforcement des capacités opérationnelles des unités.

C’est dans ce sens que chaque année depuis 2016, l’Académie de Police organise en collaboration avec l’Institut d’Etudes de Sécurité (ISS) un séminaire de formation en lutte contre le terrorisme au Burkina Faso au profit des élèves commissaires. Cette année, en plus des 35 élèves commissaires de la 2e promotion, 10 policiers en activité et un magistrat du parquet vont bénéficier de cette formation qui s’étalera sur deux semaines.

Le Directeur de l’Académie de Police pour son mot de bienvenu a remercié l’ISS pour le soutien et la contribution à outiller les futurs cadres de la Police Nationale dans la lutte contre le terrorisme. Pour Willem ELS représentant l’ISS, cette lutte ne concerne pas seulement la Police ou les FDS mais tous les acteurs pour ne pas dire toute la population. Chacun doit jouer pleinement sa partition pour contrecarrer les plans des terroristes. Ce genre de formation doit permettre d’avoir une longueur d’avance sur l’ennemi pour éviter de pleurer encore sur des cadavres a ajouté le Directeur General des écoles de Police avant de déclarer ouvert ce séminaire qui va se tenir du 02 au 13 octobre 2017 à l’Ecole Nationale de Police.

Pendant deux semaines, des experts nationaux et internationaux se succèderont pour partager leurs connaissances et leurs expériences à travers des modules qui traiteront du renseignement, des cadres juridiques, du financement du terrorisme, des moyens de répression, etc. A cela s’ajoute des cas pratiques qui viendront renforcer les capacités et faciliter la compréhension des participants. Il s’agit des cas vécus dans des pays comme le Niger et l’Afrique du Sud.