LE MINISTRE ALLEMAND DES AFFAIRES ETRANGERE A L’ACADEMIE POUR PARTICIPER A UN ATELIER DE HAUT NIVEAU SUR LE RENFORCEMENT DES ESPACES FRONTALIERS

par A. Ouedraogo
Affichages : 99

Pour une gestion efficace de ces problématiques liées aux frontières, le Burkina Faso a élaboré une stratégie Nationale de gestion des frontalières (SNGF), ainsi qu’un programme d’appui à la gestion intégrée des frontières (PAGIF) dont la mise en œuvre est assurée par le Programme Gestion intégrée des espaces Frontaliers au Burkina (ProGEF).

Ce Programme financé par la coopération allemande et l’UE, a pour champs d’actions le renforcement du cadre institutionnel et juridique pour la gestion des frontières au Burkina Faso, le renforcement du maillage et de l’interopérabilité des acteurs de contrôle et la sécurisation des frontières, l’extension de la prestation de services de base, l’améliorer des conditions de vie des populations et enfin l’amélioration du pilotage de la coordination et du suivi de la mise en œuvre du programme PAGIF.

C’est dans ce contexte que l’académie a abrité ce mardi 26 février 2019, un atelier organisé par le ProGEF sur la gestion des espaces frontaliers au Burkina Faso. Le projet étant dans phase de finalisation, cette visite du Ministre Allemand a permis de faire le point des réalisations avec les bénéficiaires dudit projet.

A l’occasion, une présentation de l’Académie de police accueillant cet atelier, a été faite. Cette présentation a été suivie de celle du ProGEF.

A l’occasion du panel qui a suivi les présentations, la situation sécuritaire a été dépeint par les autorités municipales notamment les maires des communes de TOENI et DIGUEL et le Gouverneur de la région de la BOUCLE DU MOUHOUN. Ce qui a permis de noter que cette situation impacte à plusieurs niveaux sur le développement socioéconomique dans ses espaces frontaliers. Ces autorités ont profité de l’occasion pour reconnaitre la pertinence du projet dans la résolution des problèmes liés à l’insécurité dans leurs espaces.

Le chef de la diplomatie allemande Heiko Mass à rappeler le soutien de son pays pour le Burkina Faso afin de lutter contre le terrorisme et participer au développement de ses espaces frontaliers.

Pour le ministre de la sécurité burkinabè Monsieur Ousséni Compaoré, présent à cette cérémonie, il a rassuré le ministre allemand que les ressources allouées seront gérées en accord avec les principes de bonnes gouvernances et que le constat des réalisations sur le terrain se fera dans ces communes en toute sécurité la prochaine fois.

C’est sur ces mots d’espoir que l’atelier a pris fin.