LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : LA 4e PROMOTION S’ENGAGE AUPRES DES ACTEURS

par Webmaster.
Affichages : 228

Le regain de la corruption au Burkina Faso est une réalité et ses conséquences sont fâcheuses. Chaque 09 décembre, il est célébré la Journée Internationale de lutte contre la corruption. Courant le mois de novembre dernier, l'Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche (UNITAR) a organisé à Dakar une formation sur la lutte anti-corruption. Consciente du regain de la corruption au BF, la délégation burkinabé, à son tour, a organisé une journée de sensibilisation sur les méfaits de la corruption en collaboration avec l’ONUDC.

Cette sensibilisation vise à interpeler le gouvernement, l’appareil judiciaire, les OSC et l’opinion publique sur la nécessité de faire de 2019 une année d’engagement anti-corruption. C’est dans ce sens que l’Académie de Police a abrité un panel sur le thème : « Pourquoi lutter contre la corruption ? » avec comme invité d’honneur, l’ASCE-LC.

Ce panel a été précédé d’une projection cinématographique sur le film à succès « La république des corrompus » qui traitait du thème de la corruption et particulièrement du rôle déterminant des forces de sécurité et des medias. Une fois la projection terminée, le Commissaire de Police KAFANDO Y. Marcel, modérateur, a planté le décor pour ouvrir les débats. Outre le thème central, un sous-thème a été développé à savoir : « Quelle contribution de la société civile et des médias ». Tour à tour, les panélistes ont dépeint la situation alarmante de la corruption au BF, les causes, les conséquences et les solutions potentielles pour renverser la tendance.

Comme solution, il est impératif de revenir à nos valeurs d’antan pour accorder à l’éducation des enfants une place centrale afin léguer à nos descendants un BF empreint de bonne gouvernance. En outre, sans un engagement patriotique, il serait difficile d’atteindre les objectifs escomptés. En effet, la lutte doit être individuelle en ce sens que chaque citoyen doit s’interroger sur sa responsabilité et son rôle dans la lutte contre la corruption dans notre pays.

Les bénéficiaires de ce panel que sont les élèves de la 4e promotion, ont suivi avec intérêt les débats avant de prendre l’engagement d’œuvrer pour une Police Nationale absente de la liste des secteurs corrompus au BF. Quant aux panélistes, ils ont souhaité que cette 4e promotion porte des « épaulettes anti-corruption ». Comme panélistes, on avait :

  • - Dr Luc Marius IBRIGA, Contrôleur Général d’Etat (ASCE-LC) ;
  • - Hyacinthe SANOU, Directeur du Groupe Medias OMEGA ;
  • - Mme Flore SOMDA de Leadership Jeune pour la Paix et le Développement (LEJEPAD) ;
  • - M. Gabriel KAMBOU du Réseau Africain des Jeunes pour l’Intégrité et la Transparence (RAJIT).