LES PAYS MEMBRES DE LA POLI.DH SE METTENT A L'HEURE DES LIGNES DIRECTRICES DE LUANDA

par S. WAONGO
Affichages : 889
Les 23 et 24 septembre 2016, l’hôtel Royal Beach a abrité un atelier de formation sur les Lignes Directrices de Luanda au profit de la POLI.DH qui est une plateforme regroupant les polices nationales du Burkina Faso, du Mali
et du Niger. Présidé par Mr Evariste OUEDRAOGO, représentant IDDH au Burkina Faso, cet atelier vise à sensibiliser les polices nationales de la
POLI.DH sur l’application des Lignes Directrices de Luanda. En effet, ce sont des Lignes Directrices sur les conditions d’arrestation, de garde à vue et de détention provisoire en Afrique qui ont, conformément à la Charte Africaine, été adoptées à Luanda en Angola lors de la 55e session ordinaire de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP).
Ces lignes visent à amener les Polices Nationales des Etats Africains à prendre en compte les respects des droits humains dans leurs différentes missions de police judiciaire et de maintien de l’ordre pour minimiser les manquements fréquemment relevés comme les détentions arbitraires, les tortures et les atteintes à la dignité des présumés coupables d’infractions qui n'ont pas droit d'être citées dans un Etat de droit . Il appartient cependant aux Etats de s’engager véritablement pour la vulgarisation et l’application de ces lignes dans leurs systèmes judiciaires respectifs.
Deux jours durant donc, les représentants des Polices Nationales de la POLI.DH, ont pu profiter de cette sensibilisation et de l’apport des institutions comme l’APCOF représentée par Mlle Louis EDWARDS, et la CADHP représentée par Josias TAPSOBA qui a d’ailleurs présenté en long et en large les Lignes Directrices à l’assistance. Pour permettre une bonne compréhension de ces lignes, des thèmes ont été développés à savoir :
        -       Introduction et contextualisation des Lignes Directrices de Luanda ;
        -       Que sont les droits de l’homme ? Comment s’appliquent-ils au maintien de l’ordre ? ;
        -       Détention ;
        -       Etat de droit,
        -       Proportionnalité,
        -       Garanties procédurales et droits des détenus ;
        -       Responsabilité et transparence.
A l'issu de toutes ces présentations et à la fin de l'atelier, les participants ont proposé entre autres la sensibilisation de tous acteurs de la chaîne pénale et de la population sur les Lignes Directrices, l'adaptation de certains textes juridiques sur les arrestations et les détentions et la prise en compte de ces Lignes dans la formation dans les Ecoles de Police et de Magistrature.